Ainsi, on estime que seule une victime de viol ou d’agression sexuelle sur dix, va déposer plainte.

Or, il est important de libérer la parole, afin que les victimes puissent se reconstruire, et que les auteurs ne restent pas impunis.

De plus, la victime, qu’elle soit un enfant, une femme ou un homme, n’a pas à avoir honte.

Cependant, quel que soit l’âge ou le sexe de la victime, des unités spécialisées sont à présent formées partout sur le territoire pour recevoir leur parole.

Agression sexuelle

Le premier réflexe est de se faire assister par un Avocat compétent en la matière, puisque les auteurs d’agression tentent bien souvent de rejeter la responsabilité sur la victime.

Suite au dépôt de plainte, une enquête va être menée par le Procureur de la République qui va demander à des gendarmes ou des policiers d’effectuer des auditions.

En fonction du résultat de cette enquête préliminaire, le Procureur de la République peut décider de confier une enquête plus approfondie à un Juge d’Instruction ou de renvoyer directement l’auteur devant une juridiction pénale (Tribunal Correctionnel, Tribunal pour Enfants ou bien Cour d’Assises).

Dans tous les cas, il est essentiel d’être assisté par un Avocat aguerri à la matière, dans la mesure où les auteurs contestent souvent leur responsabilité.

Or, les victimes ont besoin d’être reconnues par l’institution judiciaire, et d’être indemnisées de leurs préjudices corporels et moraux, afin de pouvoir se reconstruire.

Concernant les dommages et intérêts accordés pour des faits de viol et d’agression sexuelle, les victimes sont automatiquement indemnisées par la Commission d’Indemnisation des Victimes d’Infraction, si elles présentent leur demande dans un délai d’un an à compter du jugement pénal.

Je considère chacun de mes clients, non pas comme un dossier, mais comme une personne avant tout. Chaque situation est unique et nécessite une écoute particulière. C’est la raison pour laquelle, le temps du rendez-vous est un moment d’échange privilégié.

Prendre rendez-vous

Ayant plaidé pour plus de 200 victimes de viols et d’agressions sexuelles au cours des 15 dernières années, j’ai acquis un savoir-faire et une écoute particuliers dans ce domaine.